Ce site ne supporte plus Internet Explorer.
Il se peut que votre visite ne soit pas optimale.
Nous vous suggérons l'installation de Google Chrome ou Firefox afin d'obtenir un navigateur moderne et ne plus afficher ce message.

En raison du COVID-19, la plupart des événements ont été remis à l'an prochain et plulsieurs attraits sont présentement fermés. Vérifiez si c'est ouvert avant de vous déplacer.

Découvre Drummondville et ses environs

Agrotourisme Centre-ville Circuits Découvertes gourmandes Golf Non classifié(e) Paysages Plaisirs d'hiver Plein air Randonnée Relâche scolaire Restauration Suggestions d'activités Vélo
Catégorie(s)
Retour

08 juin 2020

Parc régional Forêt Drummond

un cadre naturel exceptionnel
Le havre de nature par excellence entre Montréal et Québec, tout près de l'autoroute 20.
Crédit photo : Christian Noël - Reflets d'Images

pour se retrouver et se ressourcer

Un grand massif boisé

Couvrant 20 km2 de territoire juste au nord de Drummondville, le Parc régional de la Forêt Drummond est l’endroit parfait dans la région pour se retrouver en pleine nature, loin du bruit et du stress, mais tout près de la ville, à deux pas de l’autoroute 20.

La parc régional se divise en deux secteurs principaux :

Le secteur est dans le secteur Saint-Joachim-de-Courval (Drummondville) et le secteur ouest est essentiellement dans la municipalité de Saint-Majorique-de-Grantham. Les secteurs est et ouest sont divisés par la rivière Saint-François qui sillonne la forêt.

Une histoire liée à l’hydroélectricité

La Forêt Drummond est le plus grand massif boisé issu d’une plantation au sud du fleuve Saint-Laurent. Aujourd’hui, c’est encore près de la moitié du territoire qui est composé de différentes espèces de conifères plantés là par la Southern Canada Power, ancien propriétaire des lieux. Cette plantation était principalement destinée à la fabrication de poteaux électriques, mais avait aussi pour but de protéger les berges contre l’érosion. À l’origine, la Southern Canada Power, qui était aussi propriétaire des deux autres centrales hydroélectriques de Drummondville, avait acquis les terres agricoles et la forêt de ce territoire en vue d’y construire une troisième centrale hydroélectrique aux rapides Spicer.

Le projet ne verra cependant jamais le jour en raison d’un litige en justice, puis de la Deuxième Guerre mondiale qui s’est déclenchée par la suite. Plus tard, après la nationalisation de l’entreprise qui sera avalée par Hydro-Québec, d’autres tentatives visant à relancer un projet de barrage dans ce secteur n’aboutiront pas. C’est suite à la dernière tentative du début des années 2000 qu’Hydro-Québec et le Ministère des Ressources naturelles, tous deux propriétaires de différentes parcelles, ont entamé un processus de cession du territoire aux municipalités locales. Ce processus s’est finalement conclu en 2018 avec l’achat officiel des 20 km2 restants d’Hydro-Québec par la MRC de Drummond.

Sans ce projet de centrale hydroélectrique, ce territoire aurait été de nos jours complètement parcellisé et principalement constitué de terres agricoles.

Une nouvelle histoire à écrire

Suite à l’acquisition du territoire par la MRC de Drummond en vue d’en faire un parc régional, un vaste de plan de développement sera mis de l’avant au cours de prochaines années.

Bien que toutes les vocations de son plan directeur ne sont pas encore identifiées, il est tout de même possible d’y pratiquer la randonnée pédestre, ainsi que le vélo.

Un cadre naturel enchanteur

La Forêt Drummond est l’un des plus beaux trésors naturels du Centre-du-Québec et plusieurs sont bien surpris d’y découvrir d’aussi beaux paysages sur la plaine qui sépare Montréal de Québec.

La rivière Saint-François serpente cette forêt pratiquement inhabité, sur plus de 10 km.  Outre les marcheurs et les cyclistes, cette forêt est habitée par de nombreuses espèces d’oiseaux dont la mésange, le pic bois et même l’aigle emblématique des États-Unis, la pygargue à tête blanche.  Outre les nombreux oiseaux, le cerf de virginie règne en roi et maître des lieux.  Été comme hiver, surtout tôt le matin ou en fin de journée, il n’est pas rare d’en voir plusieurs.

Accessible à l’année

Le Parc régional de la Forêt Drummond est toujours aussi accueillante à la venue de la saison hivernale. Après une tempête de neige, si vous attendez quelques heures, les sentiers sont la plupart du temps tapés par tous les randonneurs qui s’y aventure, vous permettant de profiter de la beauté du paysage sans vous enfoncer jusqu’aux genoux.

 

Sentiers pédestres côté est

Du coté est, il y a la boucle des Érables argentés, un circuit de niveau très facile d’environ 5,6 km, dont une bonne partie qui longe la rivière Saint-François.  Un stationnement se trouve au coeur de la boucle, accessible via le rang Sainte-Anne.

 

Sentiers pédestres côté Ouest

Du côté ouest, à la jonction du chemin du Sanctuaire et du rang de la Rivière à Saint-Majorique, vous aurez accès à la Route verte et vous pourrez y admirer les rapides Spicer et vous rendre jusqu’à la Pointe aux Indiens.  Ce sentier est de niveau débutant.

Les chiens en laisse sont permis

Le Parc régional de la Forêt Drummond est l’endroit parfait pour se dégourdir les jambes… et celles de votre animal de compagnie.  Au grand air dans ses grands espaces, votre chien pourra bien dépenser son énergie avant de retourner à la maison.  Ce n’est pas pour rien qu’on y rencontre toujours plusieurs propriétaires avec leur toutou.

Pistes cyclables

Le côté ouest se prête bien non seulement à la randonnée pédestre, mais aussi au cyclisme. D’ailleurs, la Route verte no 4 traverse le parc régional : il s’agit du principal tronçon du réseau cyclable du Circuit des traditions. Offrez-vous le plaisir de parcourir la piste de 7,5 km qui surplombe les rapides de la rivière Saint-François.

La saison des couleurs

Il y a toujours des marcheurs dans le Parc régional de la Forêt Drummond, mais lorsque les arbres commencent à changer de couleur, ses nouveaux atours ne manquent pas d’attirer de nombreux visiteurs.  Et pour cause, de la mi-septembre à la fin octobre, il reste encore plusieurs belles journées et les moustiques ont déjà commencé leur hibernation.  Avec le reflet des arbres colorées sur la rivière et le crépitement des feuilles tombées sous nos pas, vous ne manquerez pas de beaux moments zen en vous y aventurant l’automne.

Crédit photo : Christian Noël – Reflets d’Images

Accessible gratuitement

Le Parc régional de la Forêt Drummond est accessible gratuitement en toute saison.  Tous les stationnements sont aussi gratuits.